La Squadra Azzura : un peu, beaucoup, passionnément, Balotelli, pas du tout.

À l’occasion de la troisième journée des phases de poule en Ligue Europa, la Lazio de Rome se déplace à Nice. Les deux co-leaders du groupe K (six points) s’affrontent pour ce qui ressemble à deux finales, ce soir puis dans deux semaines. Au-delà de cette belle affiche, il se profile un match dans le match entre Balotelli et Immobile. L’un n’a plus été appelé avec l’Italie depuis novembre 2014, l’autre est titulaire avec La Squadra. Ce duel va-t-il redistribuer les cartes ?

Nice's Italian forward Mario Balotelli reacts during the French L1 football match between Nice and Angers at Allianz Riviera Stadium in Nice, southeastern France, on September 22, 2017. / AFP PHOTO / VALERY HACHE

Balotelli a inscrit 7 buts en 10 rencontres en ce début de saison / AFP PHOTO / VALERY HACHE

A l’instar de Karim Benzema en France, les débats concernant Balotelli sont passionnés et alimentent les conférences de presse lors de chaque regroupement de la « Nazionale ». À trois semaines du barrage aller pour la Coupe du Monde en Russie entre la Suède et l’Italie (9 et 14 novembre), Balotelli joue gros.

Quand le talent ne suffit pas…

Pendant les deux derniers matches de qualifications, Belotti touché au genou, Ventura (coach Italien) a préféré l’attaquant du Chiévo Vérone Roberto Inglese à Balotelli. Si d’aventure Belotti est encore blessé pour les barrages, Ventura procédera-t-il au même choix ? Immobile a largement sa place en équipe nationale, tant le début de saison du Romain est impressionnant. Il est déjà à 15 buts cette saison (11 en Série A, 2 en Europa League, 2 en Supercoupe d’Italie).

Mais Balotelli peut quand même prétendre à faire partie du groupe. Il a trois semaines pour forcer le destin et montrer à l’Italie qu’il a le niveau. « Ce n’est pas son talent qui est remis en question. […] Tous les entraîneurs qui l’ont eu ont eu des problèmes avec lui » disait Ventura, à propos de Super Mario. Cette phrase résume à elle seule la situation délicate que vit Balotelli. Il évolue avec l’étiquette d’un joueur nonchalant, n’en faisant qu’à sa tête, et capable d’actions de génie, ou de bêtise enfantine. L’attaquant de Nice aura beau faire des efforts, il traîne avec lui toutes ses frasques passées.

Quel dommage de s’en priver

Le football a besoin de joueur comme lui. Regarder un match avec Balotelli, c’est s’attendre à tout. On ne peut s’empêcher d’avoir un sourire lorsqu’on le voit parler à l’arbitre, ou taquiner ses adversaires. Super Mario nous rappelle que le football est un jeu. Il est un vent d’insouciance dans ce sport souvent trop encadré. L’attaquant italien a gardé son âme d’enfant, pour le meilleur comme pour le pire. Balotelli ne rentre pas dans les cases que le football tente de lui imposer. Ventura nous dit : « Il y a des joueurs qui ne peuvent pas être des compléments, ils doivent être acteurs. Le jour où il le fera, la porte lui sera grande ouverte ». Balotelli aime être au centre des débats, et alors ? C’était comme demander à Ronaldinho de ne pas faire la fête. Il faut laisser à certains joueurs des libertés, car ils nous le rendent sur le terrain.

Jean-Pierre Rivière, président de Nice : « Je ne connais pas Ventura mais je serais prêt à l’appeler pour lui garantir que Mario est vraiment un super garçon, qui apporte de la joie dans le vestiaire« .

Alors M. Ventura, décrochez votre téléphone.

Théophile Rémon

Cet article La Squadra Azzura : un peu, beaucoup, passionnément, Balotelli, pas du tout. est apparu en premier sur La beauté du football.

Powered by WPeMatico

Laisser un commentaire