McCourt: "On doit être David et on doit battre Goliath"

 Frank McCourt (Reuters) ©Reuters

Publié le 22/10/2017 à 09h38, Mis à jour le 22/10/2017 à 09h42

Un an après son arrivée sur la Canebière, Frank McCourt rappelle que l’Olympique de Marseille n’a pas les moyens de rivaliser financièrement avec le Paris Saint-Germain, son adversaire du soir en Ligue 1. Mais il reste ambitieux.

Il est encore difficile d’évaluer l’avancée du projet porté par Frank McCourt, un an après l’arrivée de l’homme d’affaires américain à la tête de l’Olympique de Marseille. Le club s’est structuré à tous les étages (Eyraud, Zubizarreta, Garcia), des joueurs sont arrivés, mais le Vélodrome ne semble pas emballé par les résultats, ni par le jeu proposé. Et voilà que se profile le choc face au Paris Saint-Germain, qui a laissé un souvenir douloureux en début d’année (1-5).

« J’ai l’espoir de gagner, assure McCourt dans un entretien accordé au JDD. Nous avons une très bonne équipe, avec du caractère, et ça finira par payer. Mais je veux garder une vue d’ensemble. Nous pouvons très bien être très heureux ce soir mais le projet ne serait pas abouti pour autant. À l’inverse, une défaite ne remettrait pas tout en cause. Oui, c’est un rendez-vous important qui excite tout le monde, mais ce n’est qu’un match. »

McCourt rappelle pourtant que son but, à terme, est de « dépasser le PSG pour devenir des champions ». Mais comment rivaliser avec un club qui peut dépenser 400 millions d’euros pour s’offrir Mbappé et Neymar ? Pas en faisant des folies, répond le natif de Boston. « Je suis un privilégié mais je n’ai pas le carnet de chèques des Qatariens. Ce serait une stratégie ridicule que de dépenser plus qu’eux pour gagner. Personne n’y arrive. Ça ne veut pas dire que nous ne dépenserons pas, mais nous devons être plus ingénieux.« 

Car McCourt ne souhaite pas tirer à boulets rouges sur le PSG et ses dépenses folles. « Ce n’est pas bon pour l’OM de passer son temps à se plaindre, estime l’ancien propriétaire des Los Angeles Dodgers. C’est une réalité, tout le monde doit faire avec. L’UEFA est là pour s’occuper de ces problèmes, la Ligue aussi. Je leur fais confiance. Quelque part, c’est une source de motivation : nous devons redoubler d’efforts. David contre Goliath, ce n’est pas uniquement de la mythologie, c’est aussi la vie. On doit être David et on doit battre Goliath. »

Laisser un commentaire