Di Maria et Draxler trépignent

 psg-home Neymar a pris toute la lumière. (Reuters)

Publié le 24/10/2017 à 23h14, Mis à jour le 24/10/2017 à 23h17

N’y aurait-il pas un peu trop de joueurs offensifs au PSG ? Unai Emery aura-t-il au moins le cran pour faire tourner son trio d’attaque, sans blessure ou mise au repos avant les matches ? Angel Di Maria et Julian Draxler n’ont pas vraiment le profil de remplaçants de luxe, surtout le premier.

Unai Emery est coincé. Enfermé dans ses choix d’attaque, il est quasiment obligé de titulariser Neymar, Edinson Cavani et Kylian Mbappé ensemble à chaque match. Si on exclut le cas un peu particulier de Javier Pastore, deux autres joueurs sont les victimes collatérales de ce contexte au Paris Saint-Germain: Angel Di Maria et Julian Draxler, tous les deux titulaires la saison dernière et qui ne pourront pas se contenter des Coupes ou de simples entrées en jeu en Ligue des champions. Le problème est encore plus latent pour l’Argentin, joueur d’expérience qui entame sa troisième saison au club.

S’il n’a pas fêté son but à Anderlecht, c’était volontaire et symbolique de sa petite déprime, comme le révélait L’Equipe. Thiago Motta, après le match, tentait de calmer le jeu: « Il est très bien entré, il marque et aide l’équipe. Il peut donner beaucoup. Il n’est pas titulaire, mais c’est difficile de considérer qu’il y a 11 titulaires au PSG. Avec notre qualité, il y en a plusieurs qui peuvent l’être et il en fait partie. Il a du caractère et de l’importance dans le groupe, je suis persuadé qu’il donnera beaucoup de choses durant la saison. Il le sait et son but fait du bien, à lui comme à l’équipe. »

Draxler accepte mieux la situation

« C’est un joueur important, assurait encore Emery en conférence de presse, il y a moins de deux semaines. Quand il est bien, à 100% physiquement et mentalement, il est important. Il jouera, c’est sûr. » Pourtant, à Marseille, il n’est entré qu’à la 80e minute à la place de Kylian Mbappé, passé au travers de sa soirée au Vélodrome. Di Maria n’aurait-il pas eu plus de présence dans un tel choc ? Même Draxler a joué plus, remplaçant Motta 10 minutes plus tôt. Mais pour l’Allemand aussi, ce n’est pas la panacée.

« Je n’ai jamais douté de mon avenir, je me suis toujours senti à l’aise à Paris, assurait l’ancien joueur de Wolfsbourg au début du mois de septembre. On a fait signer quelques bons joueurs, mais c’est habituel dans un grand club. Si vous regardez le Bayern ou le Real, ils ont tous eu cinq ou six défenseurs de plus. Un changement n’a jamais été un problème, ni pour moi ni pour Paris. Neymar est évidemment un des meilleurs au monde, Kylian Mbappé est l’un des plus grands talents. Ce ne sera pas facile, mais j’ai suffisamment confiance et je vais tout donner. Je me sens très bien à Paris, il y a beaucoup de compétitions. Je ne m’inquiète pas, je suis sûr que je vais jouer et qu’on prendra beaucoup de plaisir tout au long de la saison, en attaquant de façon très offensive. »

Plus jeune que Di Maria (24 ans, contre 29 pour Di Maria), pas le même pedigree non plus… Draxler accepte mieux la situation. Depuis, Emery a tenté de le fixer en n°10 avec une réussite très inégale: transparent contre Lyon, très bon face à Bordeaux, à nouveau décevant à Dijon… Dans la tendance du moment, Di Maria, blessé tout le mois de septembre, semble mériter un peu plus une nouvelle chance. Mais en admettant qu’Edinson Cavani est le seul avant-centre et que Neymar est intouchable, seul Kylian Mbappé pourrait être réellement mis en concurrence. Et encore, il va falloir se lever de bonne heure, pour des raisons diverses qui ne sont pas seulement sportives… Et ça, Di Maria ne va plus l’accepter très longtemps.

Laisser un commentaire