Evra à l’OM, la page est-elle vraiment tournée ?

 Valère Germain et Patrice Evra (Reuters)Patrice Evra va-t-il manquer à l’OM ? ©Reuters

Publié le 17/11/2017 à 16h16, Mis à jour le 17/11/2017 à 16h21

A deux jours du choc de clôture de la 13e journée de L1 entre Bordeaux et l’OM, Aymen Abdennour puis Rudi Garcia ont eu l’occasion de s’exprimer sur le cas Evra en conférence de presse. Sous deux angles différents.

La trêve internationale a eu au moins un bienfait à Marseille: elle a permis au club de gérer en toute sérénité le dossier Patrice Evra, coupable de violences à l’encontre d’un supporter lors du déplacement des Phocéens à Guimaraes, en Ligue Europa. D’un commun accord, l’OM et le défenseur de 36 ans ont décidé de mettre un terme à une collaboration ouverte dix mois plus tôt. « On n’a pas beaucoup parlé de ça entre nous, les joueurs. C’est triste pour lui. Il a mal géré. Mais nous, on a tourné la page« , assure ce vendredi Aymen Abdennour, dans une réponse lapidaire formulée en conférence de presse.

Ainsi les Olympiens seraient-ils passés à autre chose – déjà – galvanisés peut-être par leur succès probant sur Caen signé quelques jours seulement après le malheureux geste de « Tonton Pat » (5-0). Dimanche dernier pourtant, dans le cadre d’une interview sur TF1, Steve Mandanda assurait l’inverse. « Je suis déçu parce que Pat est vraiment un ami et quelqu’un de bien. On perd un leader, quelqu’un d’important dans le groupe, même si en tant que joueur professionnel il y a des gestes à ne pas faire… On se doit de montrer l’exemple.« 

« Pat est un homme formidable »

Sollicité lui aussi sur le sujet ce vendredi, Rudi Garcia nuance les propos de ses deux joueurs. « On est tristes de se séparer de lui mais vu ce qu’il s’est passé, c’était la meilleure décision à prendre… Pat est un homme formidable, apprécié dans le vestiaire, et j’espère sincèrement que sa carrière ne se finira pas comme ça… » Pas question en revanche de déplorer une grande perte pour l’OM. « Je ne manque pas de leaders dans ce groupe, martèle le technicien marseillais. J’ai pas mal de jeunes, c’est vrai, mais aussi des joueurs avec beaucoup d’expérience qui n’hésitent pas à s’exprimer. Steve le premier, mais on ne va pas tous les citer… J’ai quelques bons trentenaires pour donner de la voix !« 

Reste un détail qui peut avoir son importance dans les semaines (chargées) à venir. Si Jordan Amavi venait à manquer à l’appel en effet, Rudi Garcia n’a que peu d’alternatives sous la main désormais. « Il y a Henri (Bedimo, ndlr) qui revient, il va bien mais il a besoin de récupérer du rythme pour nous offrir des solutions, prévient le coach phocéen. Il y a Doria aussi qui peut dépanner dans le couloir, ou Hiroki (Sakai) qui peut changer de côté en étant remplacé par Bouna (Sarr) à droite. » Quant au jeune et prometteur Rocchia, qui n’a toujours pas signé de contrat pro en faveur de son club formateur, Rudi Garcia se veut catégorique: « Je n’ai pas changé de position. Je ne vais pas former un joueur pour qu’il signe ailleurs ! » 

Laisser un commentaire