Monaco ouvre la porte au PSG

 Keita Baldé (ICON SPORT)Baldé et les Monégasques entament mal une semaine décisive pour la suite de la saison du club de la Principauté. ©ICON SPORT

Publié le 17/11/2017 à 22h35, Mis à jour le 17/11/2017 à 22h56

A une semaine du choc au sommet face au PSG, les champions de France monégasques ont connu un nouveau retour de trêve internationale compliqué en concédant le match nul (1-1) à Amiens en match décalé de la 13e journée de L1. 

Leonardo Jardim aime peut-être voir jouer Anthony Martial ou Kylian Mbappé, ses anciens joyaux offensifs, sous le maillot de l’équipe de France, le coach monégasque va finir par détester les trêves internationales. Après Nice (4-0) et Lyon (3-2), c’est à Amiens, dans un stade de La Licorne à nouveau opérationnel après les événements du match face à Lille, où une barrière du parcage visiteurs s’était écroulée, que les champions de France ont été tenus en échec (1-1) vendredi, en match décalé de la 13e journée de Ligue 1, à quatre jours du match de la dernière chance en Ligue des champions face à Leipzig. Et à une semaine du choc au sommet face au PSG à Louis-II.

Le système monégasque en 4-4-2, au lieu du 4-2-3-1 des dernières semaines, ne laissait en rien présager le ronronnement de l’ASM qui tranchait de manière singulière avec l’élan d’une équipe amiénoise bien décidée à exorciser le mauvais coup extra-sportif que l’on sait en prenant à la gorge et avec cran le club de la Principauté.

Falcao si seul, Kakuta omniprésent

L’équipe de Christophe Pélissier joue haut, étouffe son adversaire à la surprise générale et réclame d’entrée un penalty pour une intervention virile de Rony Lopes sur le capitaine Thomas Monconduit sans que l’arbitre, à raison, n’obtempère (5e). Seul Radamel Falcao se signale et trouve le cadre en position excentrée dans la surface picarde, mais, et c’est un évènement, Régis Gurtner réussit la prouesse d’être le deuxième gardien de la saison, après Didillon, à stopper un tir cadré du Colombien (28e).   

Mais c’est en toute logique que le promu est récompensé de ses efforts et de son envie de bousculer les visiteurs. Une magnifique action dans la profondeur, bonifiée par Gaël Kakuta, qui fait la différence dans l’entrejeu face à un Jemerson en grosses difficultés, est conclue par l’ancien Monégasque Serge Gakpé, trop rapide pour Andrea Raggi et dont le tir trompe un Danijel Subasic battu (1-0, 31e).  

A la pause, Jardim n’a d’autre choix pour apporter la créativité qui a tant manqué à sa formation dans ce premier acte que de remplacer par Rachid Ghezzal un Lopes transparent. C’est pourtant Moussa Konaté qui seul rate le break d’une tête à bout portant (48e). Falcao reste l’unique Monégasque capable de porter le danger sur le but amiénois. Comme sur ce ballon à l’entrée de la surface  que le capitaine de l’ASM cadre pour obliger une nouvelle fois Gurtner à une parade à l’horizontale et main opposée qui écarte le danger (54e).

Un frémissement que Guido Carillo de la tête (55e), mais plus encore son remplaçant Stevan Jovetic, concrétise en parfait joker, suite à un gros numéro de Fabinho (1-1, 67e). Amiens, malgré cette égalisation, se procurera deux balle de 2-1 que Kakuta, poison permanent, ne peut cadrer (78e, 88e). Ce point pris face à l’ASM n’en reste pas moins précieux avant de rejouer lundi (19 heures) le match arrêté face à Lille, puis de se déplacer à Metz. Là où Monaco, à l’entame d’une semaine décisive pour la suite de la saison, ne prépare pas au mieux son rendez-vous européen et offre au PSG l’opportunité de prendre six points d’avance en tête de la Ligue 1. 

Laisser un commentaire