Juve, y a-t-il un problème ?

 Giorgio Chiellini, Juan Cuadrado et Massimiliano Allegri. (Reuters)Giorgio Chiellini, Juan Cuadrado et Massimiliano Allegri. ©Reuters

Publié le 21/11/2017 à 17h38, Mis à jour le 21/11/2017 à 18h00

Seulement 3e de Serie A après une défaite contre la Sampdoria (3-2), la Juventus est en plein doute avant de recevoir le Barça, mercredi soir en Ligue des champions.

Une défense en chantier

Au moins, le problème principal est détecté. Si impériale ces dernières saisons, la Juventus a perdu gros avec le départ de Leonardo Bonucci en juillet dernier. Il était LE leader de la charnière centrale, notamment grâce à la qualité de sa relance. Malgré l’âge avancé des deux autres membres de la « BBC » piémontaise, Giorgio Chiellini (33 ans) et Andrea Barzagli (36 ans), les dirigeants ont décidé de ne pas bouleverser ce secteur. Le jeune Daniele Rugani est le stoppeur le plus fiable mais il est renvoyé sur le banc lors des gros matches, Medhi Benatia, de retour après un prêt, est peu utilisé et Benedikt Höwedes, recruté pour compléter le banc, n’a toujours pas débuté en raison d’une blessure. En 13 journées de Serie A, les Bianconeri ont encaissé pas moins de 14 buts (9 seulement pour le Napoli et l’Inter). Inquiétant avant de retrouver le Barça, qui l’avait emporté 3-0 au Camp Nou à la mi-septembre.

Dybala ne peut pas tout faire

Les champions d’Italie dominent toujours autant leurs adversaires le week-end, ils avaient d’ailleurs la mainmise sur la partie avant de s’incliner sur le terrain de la Sampdoria (3-2), dimanche dernier. Miralem Pjanic reste le maître à jouer de l’équipe et Blaise Matuidi apporte différemment lorsqu’il est lancé dans la bataille. C’est dans les 25 derniers mètres que cela pêche. Si Paulo Dybala a pris feu par moments (14 buts) et que Gonzalo Higuain est dans une bonne cadence (10 buts), leurs compères offensifs sont décevants. Mario Mandzukic et Juan Cuadrado sont brouillons et les recrues Douglas Costa (prêté par le Bayern pour 6 M€) et Federico Bernardeschi (40 M€ depuis la Fiorentina) ne sont toujours pas dans le coup. Le gaucher brésilien a brillé une seule fois, contre les relégables de Spal, quand l’international italien est encore timide dans son rôle de joker de luxe.

Allegri n’a pas de plan B

Maître-tacticien, Massimiliano Allegri se retrouve dans une situation cocasse. Après avoir longtemps hésité tactiquement la saison passée, il avait trouvé la bonne formule durant l’hiver en décalant Mandzukic sur l’aile gauche dans un 4-2-3-1. Le dispositif était même malléable à souhait en Ligue des champions grâce au volume de jeu de Dani Alves, parti sous d’autres cieux. Cette saison, il n’y a pas de plan B et il n’y en aura probablement pas jusqu’au mercato hivernal. L’absence de latéral droit offensif (Stephan Lichtsteiner a joué quasiment tous les matches car la recrue Mattia De Sciglio ne donne pas satisfaction) ne permet pas au coach de repasser en 3-5-2. Il avait ainsi maintenu sa défense à 4 pour le déplacement au Camp Nou.

Le Barça-Juve du 12 septembre:

Laisser un commentaire