Gomis: "J’aurais pu aussi en venir aux mains"

 Bafé Gomis (ICON SPORT)Bafétimbi Gomis sous le maillot de l’OM. ©ICON SPORT

Publié le 22/11/2017 à 19h59, Mis à jour le 22/11/2017 à 20h02

Non retenu par l’OM cet été, Bafétimbi Gomis fait aujourd’hui le bonheur de Galatasaray, en Turquie. Gardant néanmoins un œil attentif sur son précédent club, l’expérimenté attaquant n’a pas manqué le récent de coup de sang de Patrice Evra. Un geste qu’il condamne mais qu’il relativise aussi.

Il serait bien resté, mais les dirigeants de l’OM en ont décidé autrement lors de la dernière intersaison, désireux alors d’apporter du sang neuf à la ligne offensive olympienne. Aujourd’hui parfaitement intégré à l’effectif stambouliote de Galatasaray, Bafétimbi Gomis n’a pas oublié pour autant ses anciennes couleurs. Observateur avisé des performances phocéennes, l’intéressé a notamment suivi la fameuse affaire Evra – du coup de sang du défenseur de 36 ans à Guimaraes à son départ négocié quelques jours plus tard…

« J’ai été surpris et déçu qu’un tel joueur puisse en arriver là. C’est peut-être un des plus beaux palmarès du football français mais je condamne le geste de Patrice, ce n’est pas un exemple à montrer aux jeunes« , dixit ‘La Panthère’, sollicitée sur la question dans le cadre d’une interview accordée à SFR Sport. Pourtant au vu de son expérience personnelle et de son rapport à l’ancien Mancunien, Bafétimbi Gomis nuance volontiers son propos: « On est des êtres humains, on ne sait pas ce qu’il se passe dans la vie de Patrice et il y a des limites à ne pas franchir. Je ne sais pas quels mots ont été dits. Patrice ne mérite pas cet acharnement médiatique car c’est une bonne personne. Il m’a épaulé l’an passé dans la gestion du vestiaire et ça fait un leader de moins à l’OM désormais…« 

Lui-même ciblé par une partie du public marseillais la saison passée, l’ex buteur stéphanois et lyonnais ajoute: « J’ai vécu le même genre de situations en fin de saison dernière. A l’époque, j’ai souhaité rencontré les supporters, ils se sont montrés réceptifs et tout est rentré dans l’ordre. J’ai vécu un épisode un peu similaire avec ce qui représente une minorité du public marseillais et c’est vrai que j’aurais pu aussi en venir aux mains. Sans l’intervention d’un salarié, ça aurait fini comme ça !« 

Laisser un commentaire