L’UEFA préoccupée par un club, et ce n’est pas le PSG…

 Ceferin (Reuters) ©Reuters

Publié le 23/11/2017 à 17h46, Mis à jour le 23/11/2017 à 17h48

On sait le PSG et Manchester City dans le collimateur de l’UEFA. Pourtant les deux grands animateurs du mercato ne sont pas les clubs qui inquiètent le plus l’instance européenne à ce jour.

Aux commandes de l’UEFA depuis septembre 2016, Aleksandar Ceferin se distingue de ses prédécesseurs par son franc-parler. Aussi quand La Repubblica lui parle Fair Play Financier, l’intéressé n’élude pas le sujet, révélant même être particulièrement attentif au cas d’un club transalpin – et pas des moindres: l’AC Milan. Passés sous pavillon chinois en avril dernier et désormais présidés par l’énigmatique homme d’affaires Yonghong Li, les Rossoneri ont bénéficié d’une manne de 200 millions d’euros cet été pour remplumer leur effectif de manière spectaculaire. Sans grand succès pour l’heure sur le plan sportif.   

« Nous travaillons sur le dossier, admet Ceferin. Nous verrons les conclusions mais j’avoue être préoccupé« , poursuit le Slovène, ne niant pas le fait que le club lombard puisse être frappé par des sanctions alors que l’UEFA doit se prononcer sur les récents investissements réalisés du côté de Milan dès la mi-décembre. « Tout est possible, souffle-t-il, même s’il est prématuré d’en parler. » Si l’AC Milan risque donc d’être inquiété cet hiver, ce ne sera pas le cas en revanche du PSG. Foi de président de l’UEFA !

Là encore, Aleksander Ceferin prend des pincettes: « Je ne peux pas dire grand-chose, il y a une enquête en cours, mais une décision devrait être prise avant la saison prochaine. En tout cas le PSG sera libre de ses actes durant le prochain mercato d’hiver. » Une bonne nouvelle pour les dirigeants parisiens, désireux de renflouer les caisses en dégraissant pour satisfaire aux exigences du Fair Play Financier, mais également attentifs aux opportunités du marché comme celle que représente le jeune milieu de terrain de Fluminense Wendel. « L’UEFA traite tout le monde de la même façon, petits et grands clubs, prévient cependant Aleksandar Ceferin. Je ne fais pas dans le populisme, je dois être juste et je vous assure qu’il n’y aura pas de favoritisme.« 

Laisser un commentaire