Qui commande chez les Verts ?

 Julien Sablé - Saint-Etienne (Icon Sport)Entraîneur de Saint-Étienne depuis une semaine, Julien Sablé n’a pas le droit d’exercer une telle fonction. ©Icon Sport

Publié le 25/11/2017 à 08h37, Mis à jour le 25/11/2017 à 08h48

Julien Sablé, l’entraîneur de Saint-Etienne, a détaillé le rôle de Jean-Louis Gasset, son adjoint depuis mercredi dans le Forez. Il s’affirme comme le « dernier décisionnaire » même si l’arrivée de Gasset permet de jouer avec les règlements.

Deux présidents et désormais deux entraîneurs. Saint-Etienne s’est adjoint les services de Jean-Louis Gasset mercredi afin de seconder Julien Sablé, nommé sur le banc la semaine précédente à la suite du départ d’Oscar Garcia. Dans le Forez, la hiérarchie est claire. Sablé dirige, Gasset le seconde. « Nous échangeons beaucoup avec tout le staff sur les joueurs, l’adversaire. Le dernier décisionnaire, c’est moi, a lâché celui qui dirigeait le centre de formation du club jusque-là, vendredi lors de la réception de Strasbourg (2-2), en ouverture de la 14e journée de Ligue 1. Je tranche à la fin. Mais, pour l’instant, je n’ai pas eu à trancher puisque nous avons le même avis ».

Le recrutement de Gasset, qui a été l’adjoint de Laurent Blanc à Bordeaux, en équipe de France et au PSG, avant de prendre les commandes de Montpellier, constitue un véritable apport aux yeux de Sablé. « L’arrivée de Jean-Louis Gasset est une aubaine pour l’AS Saint-Etienne, a-t-il poursuivi en conférence de presse. C’est un renfort de premier poids pour nous, le staff et moi qui suis un jeune entraîneur. Entre nous, ça a ‘matché’ tout de suite, même s’il n’y a pas que lui et moi dans le staff. Notre complicité s’est nourrie depuis trois jours même si nous n’avons pas mis longtemps à nous entendre sur le football ».

Au-delà du terrain, L’arrivée de Gasset permet aux Verts de jouer avec le règlement. Face au RCS, son nom est apparu sur la feuille de match en qualité d’entraîneur, comme il l’est sur le site de la Ligue. Sablé, qui n’y apparaît pas, s’est chargé du protocole d’avant-match et de la poignée de mains avec les arbitres et Thierry Laurey, l’entraîneur des Alsaciens. Il ne possède pas le diplôme pour entraîner (le BEPF, ndlr) et expose l’ASSE à une amende de 25 000 euros par rencontre.

Laisser un commentaire