Pastore, le malaise

 Javier Pastore (Icon Sport) ©Icon Sport

Publié le 27/11/2017 à 05h13, Mis à jour le 27/11/2017 à 05h18

Déçu de devoir une nouvelle fois se contenter d’un rôle de remplaçant, Javier Pastore n’a pas caché son mal-être à l’issue de la victoire face à Monaco (1-2).

On ne change pas une équipe qui gagne. De plus en plus parcimonieux dans ses rotations, Unai Emery a cette fois en effet reconduit à l’identique, à Monaco, le onze aligné quelques jours plus tôt contre le Celtic Glasgow en Ligue des champions. Et si c’est bien la première fois cette saison que l’entraîneur espagnol n’opère aucun changement dans son équipe d’un match à l’autre, sa façon de faire n’a pas plu à tout le monde.

Entré à une dizaine de minutes de la fin après la réduction du score de Monaco, Javier Pastore n’a d’ailleurs pas caché sa frustration devant les micros. « Oui, j’ai été déçu de ne pas commencer. J’ai toujours envie de jouer. Contre le Celtic ou ce match important contre Monaco, je ne joue pas. C’était déjà le cas la saison dernière. Ce sont les décisions de l’entraîneur », a-t-il ainsi regretté dans des propos relayés par France Bleu, ajoutant un « je vais réfléchir à mon avenir » lourd de sens. Quand bien même le n°27 parisien peut espérer avoir voix au chapitre, cette semaine, face à Troyes ou à Strasbourg.

Dans le viseur de très nombreux clubs parmi lesquels le FC Séville ou l’Inter Milan, où officie son ami Walter Sabatini, ancien directeur sportif de Palerme, Javier Pastore vit sans doute ses dernières semaines dans la capitale. L’Argentin a beau être tout particulièrement apprécié par Nasser AL-Khelaïfi et même par l’émir Tamim ben Hamad Al-Thani, le propriétaire du club, son départ est d’autant plus probable que le PSG doit laisser partir plusieurs joueurs afin de rester en conformité avec le Fair-play financier. A en croire la presse italienne, son agent, Marcelo Simonian, serait d’ailleurs à pied d’œuvre avec les Nerazzurri, qui doivent néanmoins, eux aussi, vendre pour pouvoir se renforcer…

Laisser un commentaire