Dupraz dézingue ses joueurs (et pas seulement)

 Dupraz désabusé (Icon Sport) ©Icon Sport

Publié le 30/11/2017 à 07h30, Mis à jour le 30/11/2017 à 07h38

Pascal Dupraz était tout particulièrement remonté après la défaite du TFC face à Nice (1-2).

Comme tous les Toulousains, Pascal Dupraz l’avait mauvaise, mercredi, à l’issue du nouveau revers concédé par ses troupes face à l’OGC Nice. Car pour ce cinquième match sans victoire, le TFC s’est incliné à la dernière seconde après avoir mené durant près de 80 minutes, évolué en supériorité numérique pendant près d’une mi-temps et raté un penalty au retour des vestiaires.

C’en était trop pour le volcanique coach savoyard qui a livré une conférence de presse dont il a le secret, fustigeant ses joueurs mais ne s’épargnant pas lui-même. « On s’est fait hara-kiri. Peut-être que dans notre camp nous avons des traîtres et le premier des traîtres c’est le coach. Le seul responsable de cet échec c’est le coach. Sa responsabilité c’est de fixer un cadre et depuis quelque temps ce cadre n’est pas respecté », a-t-il lancé dans des propos relayés par France Bleu.

Les supporters également visés

Et l’entraîneur haut-garonnais de dénoncer le comportement de certains éléments. « On ne peut pas gagner des matches à partir du moment où des joueurs arrivent en retard à des rassemblements. Ce n’est pas normal et c’est de la responsabilité du coach de faire en sorte que les joueurs arrivent à l’heure. J’ai dit à un joueur tout à l’heure qu’arriver à 10h30 et 45 secondes, on est en retard quand le rendez-vous est à 10h30. J’ai pris l’exemple du match. Début du match à 19h, si tu arrives à 19h et 45 secondes, tu as manqué 45 secondes. Et en 45 secondes, il peut se passer beaucoup de choses. Commençons par-là. »

Et après avoir battu sa coulpe et s’en être pris à ses joueurs, Pascal Dupraz s’est également attaqué au public toulousain. « S’il faut, je vais aller au casse-pipe dans les tribunes pour répondre aux insultes », a-t-il en effet ajouté à destination de certains indélicats. Tout le monde a été servi.

Laisser un commentaire