Mitroglou au fond du trou

 Mitroglou vs Valenciennes (Icon Sport) ©Icon Sport

Publié le 08/01/2018 à 09h51, Mis à jour le 08/01/2018 à 09h59

Guère à son avantage lors du difficile succès obtenu par l’OM face à Valenciennes (1-0 ap), Kostas Mitroglou a été pris à partie par le public du Stade Vélodrome. Le joueur accuse le coup.

Les matches se suivent et se ressemblent pour Kostas Mitroglou. Dimanche, à l’occasion du 32e de finale de Coupe de France face à Valenciennes (1-0 ap), l’attaquant grec a en effet livré une nouvelle prestation pour le moins décevante. De quoi lui valoir de nombreux sifflets de la part du public du Vélodrome au moment de son remplacement peu avant l’heure de jeu.

Des sifflets qui n’ont pas manqué de faire réagir ses coéquipiers, parmi lesquels Dimitri Payet. « Ce n’est jamais évident de sortir sous les sifflets, je l’ai vécu ici donc je sais comment c’est. Après, Kostas bosse la semaine, il bosse très bien. Il tente de nous apporter dès qu’il joue donc forcément ça m’ennuie un peu de le voir sifflé comme ça, car ce n’est pas quelqu’un qui triche. On est derrière lui », a ainsi confié l’ancien Stéphanois à l’issue de la rencontre.

Même mansuétude de la part de Rudi Garcia, qui a en effet épargné son attaquant devant les micros. « Ce n’est pas comme ça qu’on donne confiance à un joueur de l’OM. Il a juste eu une situation où il aurait dû jouer en une touche et tenter sa chance mais il a voulu contrôler. À part ça il a fait un match correct, pas moins bon que les autres« , a ainsi constaté le technicien phocéen. Et à en croire l’ancien coach de l’AS Roma, ces sifflets ne seraient pas sans incidence sur le moral du joueur grec

« Il vit mal cette situation et ça me parait logique », a expliqué l’entraîneur olympien, pour qui le seul remède à ce malaise passe par des buts. « Ce qui compte c’est l’avenir, les prochains matches, il marquera des buts, il n’y a que ça à faire », a-t-il ajouté. A moins que Kostas Mitroglou finisse par quitter l’OM cinq mois seulement après son arrivée. Ce que les dirigeants refusent toujours d’envisager publiquement. 

Laisser un commentaire