En 2017, le PSG a explosé le marché

 Neymar Nasser Al-Khelaïfi (Reuters) ©Reuters

Publié le 31/01/2018 à 17h28, Mis à jour le 31/01/2018 à 17h54

Le marché des transferts s’est emballé en 2017. Dans son édition annuelle publiée mardi, le Transfer Market Report de la Fifa rapporte que 6,37 milliards de dollars ont été dépensés en indemnités de transfert l’an passé. Soit une hausse de plus de 32% que le PSG a allègrement alimentée. 

Le marché du ballon rond ne connaît pas la crise. Preuve en est le rapport annuel de la Fifa sur le mercato publié mardi. Un bilan pour l’année 2017 qui fait état de 6,37 milliards de dollars d’indemnités de transfert consenties – contre 4,8 milliards en 2016. Soit une progression de plus de 32% quand l’évolution attendue – inflation oblige – prévoyait un résultat à peine supérieur à 5 milliards de dollars.

15 624 transferts ont été enregistrés l’an passé entre les quelque 7 000 clubs professionnels répertoriés (contre 13 415 un an plus tôt) mais seulement 15,8% d’entre eux ont induit une transaction financière, précise la Fifa. De même, les deux tiers de la somme faramineuse susmentionnée ont été échangés en petit comité: une cinquantaine de clubs répartis dans les 13 ligues les plus influentes du monde, parmi lesquelles le fameux Top 5 européen.

La France au 2e rang mondial

Les indemnités inhérentes au prêt avec option d’achat obligatoire de Kylian Mbappé, de Monaco à Paris, étant comptabilisées au même titre que les 222 millions d’euros du transfert record de Neymar au PSG, la France à elle seule a investi quelque 860 millions de dollars dans le marché des joueurs en 2017. C’est encore loin certes de l’Angleterre, toujours leader avec un gros milliard d’avance (1,86 milliard de dollars), mais c’est plus que l’Espagne, qui l’an passé s’est contentée d’un chèque global de 730 millions de dollars.

Avec un effet boule de neige ainsi décrit par la Fifa: « Les clubs qui reçoivent des indemnités de transfert importantes pour leurs joueurs réinvestissent souvent une partie de l’argent dans de nouveaux transferts. À leur tour, les clubs recevant cet argent feront de même, et ainsi de suite… » Et 2018 ne devrait pas être l’année de la raison. Ces dernières semaines, les transferts pharaoniques de Philippe Coutinho au FC Barcelone (160 millions d’euros) et de Virgil Van Dijk à Liverpool (84 millions d’euros) ont déjà gonflé la cagnotte. Pour un nouveau montant record à la Saint-Sylvestre ? 

Laisser un commentaire