Nasri, c’est l’échec

 Samir Nasri (Reuters)Samir Nasri ©Reuters

Publié le 31/01/2018 à 17h58, Mis à jour le 31/01/2018 à 18h02

Six mois après son arrivée en Turquie, Samir Nasri est libéré d’Antalyaspor, ce mercredi, dernier jour du mercato.

Après une très bonne saison à Séville (30 matches, 3 buts), dans un football espagnol qui lui allait parfaitement, Samir Nasri avait fait le choix étonnant de s’exiler en Turquie. Le milieu offensif de 30 ans quitte déjà Antalyaspor, six mois après son arrivée. La résiliation de contrat, « d’un commun accord » comme le précise le club turc, était attendue depuis quelques jours et a été annoncée ce mercredi.

L’ancien international français (2007-2013) est donc libre de s’engager avec le club de son choix en ce dernier jour de mercato. West Ham était intéressé par l’ancien milieu offensif d’Arsenal et Manchester City, mais s’est depuis tourné vers Joao Mario, arrivé en prêt depuis l’Inter Milan. Nasri pourrait découvrir un nouveau championnat, la Serie A, puisque le Hellas Vérone serait sur les rangs.

Sans grande surprise, la cote de Samir Nasri a chuté en une demi-année, lui qui n’a plus joué depuis novembre 2017 (pour un bilan de 8 matches et 2 buts). « Je suis très content de faire ce choix-là. J’ai fait 13 ans au plus haut niveau, j’ai besoin de couper, de partir autre part« , avait-il justifié sur Canal+, début octobre. L’été dernier, le joueur formé à l’OM avait eu des contacts avec le club phocéen, mais aussi l’OL et l’AC Milan. Pas sûr qu’il trouvera un défi sportif aussi intéressant d’ici minuit.

Laisser un commentaire