Eyraud défend l’immobilisme de l’OM

 Eyraud (Icon Sport)Jacques-Henri Eyraud, président de l’OM. ©Icon Sport

Publié le 03/02/2018 à 11h25, Mis à jour le 03/02/2018 à 11h40

Le mercato d’hiver s’est terminé sans la moindre arrivée à Marseille. Jacques-Henri Eyraud, le président de l’OM, a défendu les choix de son club.

Sur la Canebière, seul Doria a sorti ses valises cet hiver. Le défenseur de l’OM, dans l’impasse à Marseille, a été prêté six mois à Malatyaspor, en Turquie. La case des arrivées est demeurée vierge, contrairement aux deux derniers mercatos – les premiers de l’ère Frank McCourt –, même si l’effectif affiche des limites à certains postes. Devant les caméras de Canal+ Sport, Jacques-Henri Eyraud a été invité à débattre sur l’absence de recrutement.

En accord avec Rudi Garcia et Andoni Zubizarreta, le président de l’OM n’a pas souhaité bouleverser l’équilibre du vestiaire. « On a le sentiment d’avoir un bloc, on a un équilibre et un collectif, a-t-il analysé, lors de la victoire contre Metz (6-3), vendredi en ouverture de la 24e journée de Ligue 1. On a quand même beaucoup recruté sur les derniers mercatos. On a reconstitué cette équipe qui est plus compétitive. On est deuxième si on excepte la différence de buts. On pense que ce n’était pas nécessaire de recruter en janvier ».

Des recherches à gauche

Jacques-Henri Eyraud se satisfait de l’effectif à disposition de son entraîneur. Il affiche des certitudes pour affronter les derniers mois de compétition, avec la lutte pour le podium en championnat, le parcours en Ligue Europa et celui en Coupe de France. Le manque de profondeur de banc « est à prouver » alors que le risque des blessures n’inquiète pas le patron de l’OM. « Toutes les grandes équipes sont confrontées à ça, réfute-t-il. On a fait une bonne préparation physique car on a peu de blessés. On a un plan, un cap et on continue ».

L’OM a prospecté au poste d’arrière gauche, où seul Jordan Amavi, blessé depuis la mi-janvier, donne des garanties. « On a regardé sur ce poste c’estvrai, a-t-il acquiescé. Vous connaissez les contraintes du marché. On aurait pu recruter une doublure mais Henri (Bedimo, ndlr) revient. On a fait signer des jeunes avec Christopher Rocchia. Il faudra lui donner sa chance. On a décidé avec Rudi et Andoni, avec ce que le marché nous offrait comme possibilités, de ne pas recruter ». Pour mieux investir cet été ?

Laisser un commentaire