S’il est champion du monde, Payet… présente la météo !

 Payet - Bleus (Reuters) ©Reuters

Publié le 04/02/2018 à 14h20, Mis à jour le 04/02/2018 à 14h29

Dimitri Payet revient à son meilleur niveau avec l’OM. A 130 jours de la Coupe du monde en Russie, l’international tricolore ne s’inquiète pas pour sa place dans le groupe de Didier Deschamps. Et ose même un pari osé en cas de victoire finale.

On n’a pas (encore) retrouvé le Dimitri Payet irrésistible, ou presque, de l’Euro 2016. Mais le capitaine de l’Olympique de Marseille, après une première partie de saison plutôt anonyme avec son club, se montre à nouveau décisif sous les couleurs d’une équipe phocéenne en plein boom, à l’image de sa dernière victoire spectaculaire sur Metz vendredi, au Vélodrome (6-3). Où Payet s’est fendu de deux nouvelles passes décisives pour porter, avec Florian Thauvin, auteur d’un triplé, son équipe à ce large succès et à la deuxième place provisoire de la Ligue 1. « Ça montre que je suis mieux dans mon jeu et physiquement. Aujourd’hui, on attend beaucoup de moi, mais ce n’est pas une pression, au contraire, c’est une motivation au quotidien pour être toujours au taquet et répondre à ces attentes« , assure l’intéressé dans l’émission Téléfoot sur TF1.

Un regain de forme qui forcément replace l’ancien Hammer dans une course à la prochaine Coupe du monde en Russie pour laquelle de nombreux observateurs s’inquiétaient sérieusement de le voir rater le bon wagon… Lui prétend ne pas forcément douter de son statut en bleu, bien qu’il n’a pas été convoqué en novembre dernier par Didier Deschamps, et alors même qu’il s’est imposé une pression supplémentaire en annonçant que ce Mondial 2018 serait le dernier rendez-vous de sa carrière internationale : « Cinq, dix, vingt minutes, même des bouts de match, il faut être présent, on a besoin de toute le monde et ce n’est pas quelque chose qui me dérange en soi, déjà, il faut être bon et gagner sa place. (…) Inquiet, non, car ça dépendra forcément de moi, si je suis à mon niveau, je me donnerai les chances d’y aller. Bien sûr il y a de la concurrence, mais c’est l’équipe de France et c’est tant mieux« , lance-t-il, serein.

Un Payet surtout bien décidé à ne rien revendiquer et à se mettre avant tout au service du sélectionneur. Même si Thomas Lemar ou Anthony Martial sont des concurrents de choix, qui pourraient le conduire à regarder ce Mondial devant sa télé : « C’est vous qui le dites… Mais il peut y avoir les trois, c’est le coach qui choisira… » Pas question de se prendre la tête, d’ailleurs s’il n’est pas retenu par Deschamps, l’attaquant, même s’il reconnaît que « ce serait l’une de mes plus grosses déceptions« , prévoit tout simplement de « partir en vacances ». En revanche, s’il est sélectionné et que les Bleus soulèvent le trophée, il prend le pari de « présenter la météo sur TF1« . Foi de Payet.  

Laisser un commentaire