Les bienfaits d’OM-Metz selon Garcia

 Rudi Garcia Rudi Garcia. (Reuters)

Publié le 05/02/2018 à 15h37, Mis à jour le 05/02/2018 à 16h17

Alors que l’OM s’apprête à affronter Bourg-en-Bresse, mardi, en huitième de finale de la Coupe de France, Rudi Garcia est revenu sur le match contre Metz, vendredi soir, et ce festival offensif olympien gâché par un relâchement coupable en fin de rencontre (6-3). Un mal pour un bien aux yeux du technicien phocéen.

La liesse a laissé place à la frustration vendredi soir au Vélodrome, en ouverture de la 24e journée de Ligue 1. Alors opposé à la lanterne rouge messine, l’OM a d’abord déroulé offensivement parlant, jusqu’à mener 5-0 puis 6-1. Seulement dans les cinq dernières minutes de la partie, les partenaires d’un Steve Mandanda auteur d’un gros match ont fait preuve d’une suffisance coupable, surpris à deux reprises dans un relâchement synonyme de gâchis et de « faute professionnelle« , même, à en croire Adil Rami.

Tous les Marseillais dès lors ont partagé ce sentiment de travail inachevé, mais les mots durs de l’expérimenté défenseur ont particulièrement marqué Rudi Garcia. « C’est bien, ce sont les paroles d’un cadre, qui a envie que tout se passe du mieux possible sur le terrain, et ce n’était pas le cas contre Metz, dans cette fin de match où on s’est totalement relâchés, dixit l’entraîneur olympien ce lundi en conférence de presse. Ces trois buts encaissés, ça nous permet de ne pas nous enflammer, de rester les pieds sur terre, de rappeler aux gars que chaque détail va compter jusqu’à la fin de saison.« 

Et le technicien d’ajouter: « Quand le dernier du championnat parvient à nous mettre deux buts en cinq minutes, ça nous montre juste que l’équipe doit être à 100% en permanence. C’est une bonne piqûre de rappel, les gars avaient sans doute besoin de retomber sur terre… C’est peut-être un mal pour un bien. » Rudi Garcia l’avoue volontiers désormais: « L’objectif est de garder la deuxième place. » Une position acquise ce week-end qui ne doit pas contenter outre-mesure ses joueurs. « Cette deuxième place est motivante, admet-il. Elle nous prouve que la régularité dans les résultats paie. Mais on ne va pas s’en gargariser pour autant. On la doit notamment à cette confrontation directe entre Monaco et Lyon et c’est la deuxième fois seulement en 24 journées qu’on l’occupe seuls. » Une bonne piqûre de rappel là aussi.

Laisser un commentaire