Mahrez prend 270.000 € d'amende !

 Riyad Mahrez (Reuters)Riyad Mahrez ©Reuters

Publié le 09/02/2018 à 11h33, Mis à jour le 09/02/2018 à 11h42

Gréviste depuis son transfert avorté à Manchester City le 31 janvier, Riyad Mahrez s’apprête à retrouver ses coéquipiers de Leicester City à l’entraînement. Mais le milieu de terrain offensif sera malgré tout sanctionné, sportivement et financièrement.

Jeudi, Claude Puel s’était voulu résolument optimiste quant à la fin du conflit… « J’espère qu’il réussira à se remettre la tête à l’endroit, qu’il reviendra et qu’il travaillera dur. La solution pour lui, c’est de revenir et de s’amuser en jouant au football, avait commenté le coach de Leicester City en conférence de presse. Riyad est un joueur magnifique. Il aime le football, ses coéquipiers, … Je pense qu’il a besoin de revenir, de jouer et de toucher le ballon« . Le technicien tricolore savait sans doute au moment de se présenter devant les médias qu’une solution était en passe d’être trouvée avec le gréviste.

Il faut dire que Riyad Mahrez n’a pas du tout digéré l’attitude de son club, qui a refusé de le laisser s’engager avec Manchester City le 31 janvier dernier. La pilule aurait sans doute été plus facile à ingérer, si les dirigeants de Leicester n’était pas récidivistes… Ces deux dernières années, à deux reprises, les Foxes ont empêché leur milieu de terrain offensif de partir, d’abord pour Arsenal puis en direction de l’AS Rome. Alors qu’un bon de sortie lui avait notamment été accordé concernant le deal avec les Giallorossi. L’international algérien l’a donc mauvaise, avait séché cinq séances d’entraînement ces derniers jours et raté deux rencontres de Premier League, une défaite (2-1) contre Everton et un nul (1-1) face à Swansea City.

Leicester a donc grand besoin de son créateur, mais pas au point de tout lui passer. Ainsi, l’ancien Havrais ne sera pas dans le groupe pour choc de la 27e journée de championnat samedi, sur la pelouse de Manchester City (18h30). Et peu importe qu’il ait accepté de s’entraîner ou non ce vendredi. Par ailleurs, une sanction financière est prévue, et le Daily Telegraph croit savoir que celle-ci équivaut à deux semaines de salaire, soit 270.000 € environ. Frustré par un nouveau départ avorté, Riyad Mahrez doit en plus payer le prix de son mécontentement.

Laisser un commentaire