Trump coûte (très) cher à Manchester United

 Manchester United (Reuters) ©Reuters

Publié le 09/02/2018 à 05h31, Mis à jour le 09/02/2018 à 05h34

La réforme fiscale voulue par Donald Trump a fait perdre beaucoup d’argent aux propriétaires américains de Manchester United, dans le rouge au deuxième semestre 2017.

Largué par les voisins de Manchester City en Premier League, Manchester United peut en revanche se targuer de dominer le classement des clubs les plus riches du monde. A en croire le récent rapport publié par le cabinet Deloitte, les Red Devils, bien aidés par les droits TV astronomiques outre-Manche, trônent ainsi une nouvelle fois en tête avec des revenus estimés à 676 M€, devançant d’un rien le Real Madrid et ses 674 M€.

Pourtant, d’après le dernier rapport financier publié par les Mancuniens, Manchester United a terminé l’année 2017 dans le rouge avec pas moins de 23,8 millions d’euros de perte sur le deuxième semestre 2017. Conséquence, selon les Red Devils, d’une réforme fiscale instaurée par l’administration Donald Trump à la fin de l’année: la baisse, de 35 à 21%, de l’impôt sur les entreprises américaines.

De nombreuses sociétés américaines s’étaient émues lors de la mise en vigueur de cette réforme fiscale des pertes que ce dispositif engendrerait à court terme et la famille Glazer, propriétaire de Manchester United, n’y a pas échappé. Le club mancunien n’a toutefois rien à craindre. Bien au contraire. Notamment en raison de la nouvelle hausse à prévoir des droits TV, la Premier League espérant toucher encore plus, pour la période 2019-2022, que les 5,8 milliards d’euros perçus grâce à l’actuel contrat avec Sky Sport et BT Sport. Notamment du fait de l’arrivée de nouveaux acteurs comme Amazon ou Facebook.

Laisser un commentaire